Titre

EXPÉRIMENTATION ET PERFORMANCE DES FRONTIÈRES MOBILES DE L’ESPACE ISRAÉLO-PALESTINIEN ART, CORPS, SITUATION

Auteur Clémence Lehec
Directeur /trice Frédéric Giraut
Co-directeur(s) /trice(s) Anne-Laure Amilhat Szary
Résumé de la thèse Dans la lignée de mes recherches de Master, mon travail de doctorat entend questionner la réception de l’art dans le contexte israélo-palestinien. Plus particulièrement, en prenant le cas de l’objet frontière. L’interaction entre art et frontière permet de poser la question d’un éventuel déplacement réciproque de l’un et de l’autre des termes de l’équation, notamment lorsque la frontière devient un canevas directement investi par l’art. Je propose d’étudier cette question en imaginant un laboratoire méthodologique qui, mettant à l’épreuve du terrain un protocole de recherche, permettrait de saisir cette interaction. En effet, cet aller-retour qui s’opère entre monde matériel et individu percevant définit le processus de production de l’espace qui institue simultanément espace et individu. L’art aux frontières est donc une déclinaison particulière de la production de l’espace qui doit être étudiée comme un processus. Il me semble alors nécessaire de partir de l’étude de structures matérielles où le dispositif spatial entre objet et spectateur est planifié (par exemple : étude du nouveau musée de Palestine, qui ouvrira à Ramallah, échelle architecturale) pour atteindre l’étude des sensations, des émotions qui envahissent le spectateur au contact des objets d’art. Je m’intéresserai donc aussi bien au dispositif spatial matériel que symbolique de cette interaction. Enfin, adoptant une démarche d’expérimentation méthodologique qui place la coproduction au cœur de la construction du savoir géographique, je postule qu’il est nécessaire de se situer à l’échelle du corps des individus qui pratiquent les frontières et perçoivent/instituent l’art en tant que tel.
Statut en cours
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing