Titre

Mobilités intelligentes ? Smartphones, géolocalisation et mobilités urbaines.

Auteur Sarah Widmer
Directeur /trice Francisco Klauser
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse Véritables ordinateurs de poche munis d’une multitude de capteurs, les smartphones assurent des fonctions très diverses et peuvent notamment servir d’outils de géolocalisation. Plus que de simplement lui indiquer sa position, l’intérêt de la géolocalisation réside dans le fait de localiser l’utilisateur par rapport à une information. Quels sont les restaurants situés dans son entourage ? Des radars sont-ils situés sur sa route ? Quels sont les arrêts de bus les plus proches de lui, où vont ces bus et dans combien de temps passent-ils ? Ce type d’informations peut être fourni au détenteur d’un smartphone par des « applications» de géolocalisation : des logiciels téléchargeables et exécutables sur smartphone. A l’instar des quelques exemples susmentionnés, je m’intéresse, dans le cadre de ma thèse, aux applications qui permettent à l’utilisateur d’organiser ses déplacements et de prendre une décision quant à l’endroit où se rendre. Ces logiciels assistent l’utilisateur dans sa mobilité. Ils augmentent cette mobilité d’une information instantanée et pertinente. A l’heure où les technologies informatiques sont de plus en plus présentes dans nos quotidiens, mon travail de thèse s’interroge sur la façon dont ces logiciels médiatisent nos relations à l’espace. L’objectif principal de mon travail de thèse est donc d’explorer cette « médiation » et de comprendre comment ces applications agissent sur les connaissances et pratiques spatiales de leurs utilisateurs. Pour répondre à cet objectif général, cette recherche s’appuie sur une méthodologie qualitative, principalement axée autour d’entretiens semi-directifs, réalisés avec des utilisateurs d’applications ainsi qu’avec des développeurs mobile. Ma recherche a également pour but de saisir les enjeux très divers associés à l’existence et à l’usage de ces logiciels : pouvant constituer de précieuses ressources dans un processus de mobilité, ces softwares comportent également toute une série de risques pour l’utilisateur, notamment du point de vue de la protection de ses données personnelles. S’interroger sur les mobilités intelligentes que suscite l’utilisation du smartphone nécessite, dès lors, de problématiser leur corolaire : des mobilités surveillées et gérées de façon automatique par du code informatique.
Statut à la fin
Délai administratif de soutenance de thèse 2017
URL http://www2.unine.ch/geographie/lang/fr/sarah_widmer%3bjsessionid=146140CDFA86BE
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing